467 lapins posés à Société Générale pour dénoncer son retard climatique

lundi 19 mars

Action menée par les Amis de la Terre :
http://www.amisdelaterre.org/467-lapins-poses-a-So...

Rapport : Société Générale, plein gaz sur les fossiles

Montreuil, lundi 5 mars 2018 - Dans un rapport publié ce matin, Les Amis de la Terre dénoncent l’assaut engagé par Société Générale sur un marché en pleine expansion : l’exportation des gaz de schiste des États-Unis vers l’Europe et l’Asie sous forme de gaz liquide. Ils appellent la banque à se retirer du projet controversé Rio Grande LNG et à mettre un terme à ses soutiens aux énergies fossiles les plus dangereuses pour le climat et les populations, comme l’a déjà fait BNP Paribas.

Le nouveau rapport des Amis de la Terre "Société Générale, plein gaz sur les fossiles" révèle le rôle clé joué par Société Générale dans l’exportation du gaz de schiste américain vers l’Union européenne. Aux États-Unis, la banque conseille et finance les entreprises phares du secteur pour leurs projets de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié.

Parmi ses clients, on retrouve Cheniere qui a déjà signé des contrats avec EDF et Engie pour une exportation en France, mais aussi NextDecade que la banque conseille pour la construction d’un terminal d’exportation de gaz de schiste liquéfié, Rio Grande LNG, et d’un double gazoduc, Rio Bravo Pipeline. En 2017, NextDecade déclarait que Société Générale avait été impliquée dans l’intégralité des projets de terminaux GNL autorisés aux États-Unis, et pas moins de 45 transactions de ce type au niveau international [1].

Lorette Philippot, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre, commente : "Avec ces projets d’exportation, Société Générale contribue à faire entrer en France le gaz de schiste que nous avons banni il y a déjà 7 ans. L’hypocrisie est totale : si nous refusons le gaz de schiste en France, ce n’est pas pour le voir arriver par bateau des États-Unis, et avec la complicité d’une banque française. Construire ces terminaux entraînerait une hausse de la production de gaz de schiste, contraire à l’impératif climatique de laisser les fossiles dans le sol, et engendrerait des impacts désastreux sur l’environnement et la santé des populations, contre lesquels nous nous sommes battus ici".

Société Générale a accordé plus de 2,4 milliards de dollars aux entreprises développant ces projets en Amérique du Nord entre 2014 et 2016 [2]. Elle est ainsi la 7ème banque internationale et la 1ère française la plus exposée au secteur, loin devant BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis. BNP Paribas avait également un mandat de conseil pour un projet de terminal d’exportation de gaz de schiste, Texas LNG, situé à quelques centaines de mètres du site prévu pour Rio Grande LNG. Mais en octobre 2017, BNP Paribas a annoncé son retrait de tout le secteur du gaz de schiste, un engagement couvrant son exploration et sa production mais aussi son transport et son exportation sous forme liquéfiée [3]. Société Générale, elle, n’a annoncé en décembre dernier, que des mesures minimales, bien trop insuffisantes pour annuler les impacts climatiques, environnementaux et sociaux de la filière [4].

"La pauvreté des engagements pris par Société Générale démontre un mépris total des populations victimes des projets de gaz de schiste et une négation de la science climatique. En renonçant à appuyer les nouvelles infrastructures de gaz de schiste et en se retirant de facto du projet Texas LNG, BNP Paribas a fait voler en éclat le discours pro gaz de Société Générale. Celle-ci se retrouve isolée, et nous suivrons de très près les choix qu’elle fera dans les prochaines semaines. Nous resterons mobilisés jusqu’à ce qu’elle se retire du projet Rio Grande LNG et de l’intégralité du secteur comme l’a fait BNP Paribas" poursuit Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre.

Face à l’indifférence de Société Générale, la pression citoyenne se fait de plus en plus pressante. Cette semaine, des actions sont prévues partout en France pour exiger de la banque qu’elle aligne enfin ses pratiques sur le calendrier climatique.
En savoir +

[1] NextDecade. 2017. www.sec.gov/Archives/edgar/data/1612720/000121390017004508/f8k050217ex99i_harmonymerger.htm

[2] RAN. 2017. www.priceofoil.org/content/uploads/2017/06/Banking_On_Climate_Change_2017.pdf

[3] BNP Paribas. 2017. www.group.bnpparibas/en/press-release/bnp-paribas-takes-measures-accelerate-support-energy-transition

[4] Société Générale. 2017. https://www.societegenerale.com/fr/Societe-Generale-renforce-ses-engagements-en-faveur-du-climat


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Brèves

Encore moins transparent que le Tafta : le futur accord de commerce post-Brexit entre l’Europe et la Grande-Bretagne

mardi 30 octobre

25 octobre 2018 par Kenneth Haar, Tamasin Cave pour Observatoire des multinationales, extraits :
Le processus de séparation du Royaume-Uni (...)

Le Conseil d’Etat annule le décret sur la fermeture de Fessenheim

dimanche 28 octobre

Source AFP :
Bien pratique ce Conseil d’Etat, comme toujours, le plus haut protecteur institutionnel des intérêts des puissants qui a (...)

Des milliers d’étudiants de grandes écoles refusent de travailler dans des entreprises polluantes

vendredi 26 octobre

Par Marina Fabre @fabre_marina pour Novethic, extraits :

C’est un manifeste pour un réveil écologique. Plus de 18 000 étudiants de (...)

La finance, rêve somnambulique de la majorité

jeudi 25 octobre

23 octobre 2018 Par Romaric Godin pour Médiapart, extraits :

La majorité a adopté un amendement au projet de loi de finances 2019 (...)

Union européenne Bras de fer autour du budget italien

jeudi 25 octobre

Yann Mens, 24/10/2018 pour Alternatives économiques, extraits :
Le torchon brûle entre Rome et Bruxelles. Au cœur du différend, (...)

Sécu : fin d’un compromis historique

mercredi 24 octobre

PLFSS 2019 Sécu : fin d’un compromis historique
Céline Mouzon, 23/10/2018 pour Alternatives économiques, extraits :

Pour la première (...)

Droits humains et multinationales : à l’ONU, l’Europe fait de la résistance

lundi 22 octobre

20 octobre 2018 Par christophe Gueugneau pour Médiapart, extraits :
Pendant une semaine, le groupe de travail spécial de l’ONU chargé (...)