BURE : LA PAROLE EST AUX "MALFAITEUR.E.S"

mardi 20 novembre

BURE : LA PAROLE EST AUX "MALFAITEUR.E.S"

Une chaîne Youtube se lance, pour diffuser la parole des inculpé-e-s, et de tous-tes celles et ceux qui refusent d’être les prochain-e-s, rendez-vous ici (https://www.youtube.com/channel/UCQMCWPAOOis_6QVYtdUf5cg/videos) !https://www.youtube.com/channel/UCQMCWPAOOis_6QVYtdUf5cg/videos

Depuis septembre 2017, la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure a connu une vingtaine de perquisitions, près de 50 procès, des dizaines de mois de sursis et de prison ferme, près de 30 interdictions de territoire... L’intensité des mobilisations et de la répression de la lutte ont mis Bure sous le feu des projecteurs.

Ce 14 octobre, en cour de cassation, 7 personnes demandaient la levée du contrôle judiciaire auquel elles sont soumises depuis leur mise en examen, en juin dernier, pour "association de malfaiteurs". Interdites d’entrer en contact entre elles et interdites de territoire de plusieurs communes meusiennes et parfois jusqu’aux département de Meuse et Haute-Marne tout entier, leurs déplacements et leur engagement relèvent d’un véritable casse-tête.

Au lendemain de cette audience le journal Libération, ayant eu un accès direct au dossier, dévoilait la débauche de moyens liberticides déployés par le gouvernement pour criminaliser cette lutte. Ecoutes, géolocalisation, balisages, utilisation d’un Imsi-catcher pour intercepter les données de communication de tous les téléphones portables présents alentour, perquisitions, expertises ADN et interrogatoires, etc. Soit 10000 pages de dossier, de procédures où les moyens hérités de l’antiterrorisme et la répression du grand banditisme s’appliquent de façon inédite au militantisme politique. Tout ça pour ... pas grand chose, l’instruction peinant à faire les preuves de ce qu’elle prétend poursuivre.

Nous avons toujours préféré ne pas personnaliser cette lutte collective aux visages multiples. Mais parce que la répression de cette lutte passe par le fichage, l’individualisation des responsabilités et conduit à l’isolement judiciaire, la criminalisation de tout.e.s celles et ceux qui y prennent part, de quelque manière que ce soit, nous avons décidé de témoigner, de mettre des visages sur ce qu’on nous inflige en tant qu’individus, pour nous atteindre et nous museler en tant que collectifs, associations : en tant que lutte.

Il ne s’agit surtout pas de faire de celles et ceux qui luttent des héros ou des martyrs. Il s’agit d’éclairer cette résistance en rappelant qu’elle n’est pas faite que de mots et de procédures judiciaires, mais de chair et de coeur, de vies humaines, de désirs de construire un monde plus juste et solidaire que celui qui nous est imposé par le lobby nucléaire.

Nous voulons expliquer à chacun-e pourquoi nous luttons et ce à quoi cette lutte nous expose. Les personnes qui témoignent ont choisi et choisissent encore de s’exposer parce qu’elles pensent que d’autres, qui ne se sentent peut-être pas encore menacé-e-s, risquent de vivre demain ce qu’elles vivent aujourd’hui.

Mais aussi parce que nous pensons tout.e.s que ce qui nous a motivé.e.s à nous engager dans cette lutte, et la diversité des expériences qu’elle suscite, peuvent inspirer d’autres personnes. Témoigner, c’est une manière de se relier alors qu’il est interdit à 10 personnes, ami.e.s, de se rencontrer et de communiquer, peut-être pour plusieurs années alors qu’elles ont lutté plusieurs années côte à côte ; c’est agir collectivement alors qu’on veut nous en empêcher ; c’est sortir de l’état de sidération dans lequel les perquisitions, les interrogatoires et la surveillance permanente visent à nous plonger ; c’est compléter le récit lacunaire de nos vies dressé par ceux qui nous épient ; c’est aussi, nous l’espérons, le moyen d’entretenir le feu de cette lutte, et de la faire grandir, en y ralliant encore davantage de personnes, et la nourrissant de ces nouvelles énergies.

Pour envoyer des jolis mots de soutien, textes, poèmes, chansons et autres propositions et encouragements aux personnes mises en examen, écrivez à l’adresse :
soutienmalfaiteuses@riseup.net

POUR EN SAVOIR PLUS :

- La chaîne Youtube "Paroles de Malfaiteur-e-s" (https://www.youtube.com/channel/UCQMCWPAOOis_6QVYtdUf5cg/videos)

- Le Facebook des "Bure à Cuire (https://www.facebook.com/bureacuire2/)

- Le Twitter ZIRADIÉS (https://twitter.com/ZIRAdies)

- L’appel à dons : https://www.helloasso.com/associations/cacendr/collectes/nouvel-appel-a-don


Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Brèves

Nancy Thermal ne doit pas être livré aux promoteurs et aux financiers : une pétition et un recours

lundi 22 octobre

Depuis bientôt deux ans, le collectif Le Bien commun s’oppose au projet de Grand Nancy Thermal tel qu’il a été élaboré et voté par le (...)

Ratification de l’accord de libre échange CETA

lundi 1er octobre

Le gouvernement italien a déjà annoncé qu’il refuserait le Ceta. Mais à quand le passage à l’acte et le vote au parlement ?
Le (...)

Tribunal Permanent des Peuples à l’encontre de la Turquie et de ses responsables

samedi 30 juin

Un jugement du Tribunal Permanent des Peuples à l’encontre de la Turquie et de ses responsables

Le TPP est un Tribunal d’opinion qui a (...)

Communiqué du DAL sur la Loi ELAN

lundi 11 juin

COMMUNIQUE
Paris le 4 juin 2018

Loi ELAN – Vente et recours aux capitaux privés :
Une grande braderie du logement social s’annonce
(...)

VICTOIRE pour Antoine Deltour !

dimanche 20 mai

Comité de soutien à Antoine Deltour

18 mai 2018 — Ce mardi, la Cour d’appel de Luxembourg a pleinement reconnu à Antoine Deltour le (...)

Questionnaire de la Convergence Nationale des Services Publics

mercredi 14 février

En réaction au questionnaire mis en ligne par le gouvernement dans le cadre du « grand forum de l’action publique » et du comité action (...)

15 000 scientifiques s’unissent face à la dégradation de la planète

jeudi 16 novembre 2017

Jamais autant de scientifiques n’avaient répondu présent à un tel appel international. Biodiversité, climat, ressources naturelles… (...)