Cycle de Conférences Grand-Est : Voyage vers un Avenir non Atomique

mercredi 20 mars : 20h00

"UN HÉRITAGE EMPOISONNÉ", de nouvelles projections !

MONTMÉDY, Jeudi 14 mars (Cinéma Lux, 20H) NORD LORRAIN c’est pour vous !

Découvrez ce beau film articulé autour de témoignages au sujet des déchets de la grande guerre et de la question de leur mémoire dans le temps, et le prolongement effectué avec ceux du nucléaire : "Alors qu’un siècle a suffi pour faire oublier le danger, pourtant encore réel, des rebuts de 14-18, comment croire que notre mémoire permettra de maintenir la vigilance des générations futures autour des déchets nucléaires qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires ?"

Diffusez cette information autour de vous !
Retrouvez la bande annonce : http://www.stopcigeo-bure.eu/unheritageempoisonne/

* * * * * * * * * * * * * * * *

ACCIDENT NUCLÉAIRE : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LA POPULATION ?
Les enseignements de Tchernobyl

COMMERCY, Lundi 11 mars (Cinéma François Truffaut, 20H)

Projection du film « Tchernobyl, le Monde d’Après » et discussion en présence de l’un des réalisateurs, Yves Lenoir.

« Tchernobyl, le Monde d’Après » construit pas à pas un tableau de la vie dans les territoires du Belarus très contaminés par les retombées radioactives des rejets du réacteur N° 4 de la centrale il y a plus de 32 ans. Les responsabilités sont établies grâce aux archives inédites publiées en 2016 à La Découverte dans l’étude historique de Yves Lenoir : « La Comédie Atomique, l’histoire occultée des dangers des radiations ».

Ce film rappelle que l’entretien de la mémoire et le travail d’interprétation des témoignages sont complémentaires pour combattre les « fake news » que les instances internationales et nationales ne cessent de répandre sur l’absence de séquelles sanitaires sérieuses du désastre de Tchernobyl.

* * * * * * * * * * * * * * * *
BURE : LA FABRIQUE DU CONSENTEMENT

LIGNY-EN-BARROIS, Vendredi 15 mars (Salle Camille Joignon, 20H)

L’ordre atomique a toujours eu besoin d’influencer l’opinion afin d’améliorer son acceptabilité sociale.

Pour imposer Cigéo, l’État et l’Andra doivent à la fois coloniser le territoire (achats fonciers, fonds des GIP…) mais aussi conditionner les esprits. Des pratiques tirées des sciences sociales sont déployées pour anticiper et prévenir les critiques. Forums ou débats publics bidons, mécénat vers les associations, communication agressive en direction des jeunes publics (expositions pseudos scientifiques, visites scolaires, revues dédiées, sites internet, vidéos de vulgarisation…), mise en place de comités d’éthiques ou d’experts en « sociologie de l’innovation »…Tout est mis en œuvre afin de mieux faire avaler la pilule.

* * * * * * * * * * * * * * * *

PROJET MANHATTAN : LE COMMENCEMENT DE L’ÈRE NUCLÉAIRE ?

à NANCY :

Une toute autre histoire des débuts du nucléaire

Mercredi 20 mars (Faculté de Lettres - Amphi 042, 20H)

Les conséquences philosophiques et politiques de l’invention du nucléaire

Jeudi 21 mars (Faculté de Lettres - Amphi 042, 20H)

Début août 1945, le monde découvre la puissance du feu nucléaire. Les « cibles » Hiroshima et Nagasaki, choisies dans le but de « causer le maximum de dégâts et de pertes en vies humaines », sont l’aboutissement inévitable du projet Manhattan. Initié et mené dans le plus grand secret, il réuni quatre années durant la fine fleur de la science internationale, les industries de pointe étatsuniennes (de Monsanto à Westinghouse) et la puissance de l’État adossé à son armée.

Retraçant en un récit solidement documenté l’histoire secrète de ce projet, Jean-Marc Royer montre comment la recherche d’une « solution totale » prit vite le pas dans les esprits des concepteurs sur toute considération humaine.

Ce point de bascule inaugure la guerre généralisée au vivant que mène aujourd’hui la civilisation capitaliste.

Intervenant : Jean-Marc Royer, auteur de l’ouvrage « Le Monde comme projet Manhattan ».

* * * * * * * * * * * * * * * *

STOCAMINE : CACHEZ CES DÉCHETS QUE NOUS NE SAURIONS VOIR !

MONTIERS-SUR-SAULX, Jeudi 28 mars (Salle des fêtes, 20H)

Stocamine, dans le Haut-Rhin à Wittelsheim, est un centre souterrain de déchets chimiques de référence, promis comme réversible aux habitant.e.s, qui est devenu un sujet tabou notamment pour les défenseur.euses des Cigéo. Et pour cause, depuis la survenue en 2002 d’un incendie en profondeur, ces déchets ultimes menacent de contaminer la plus grande nappe phréatique d’Europe.

C’est le coût qui est au cœur de cette fatidique et épineuse question : faut-il (mais peut-on ?) remonter les déchets à la surface, ou doit-on fermer le centre et sa bombe à retardement chimique à jamais… tout en sachant que la première hypothèse serait largement plus onéreuse que la seconde ?

L’avenir de Stocamine semblait être scellé depuis 2017, la décision de fermeture définitive ayant été prise par les pouvoirs publics le 23 mars 2017 pour une mise en œuvre courant 2019. 2000T sur 44000 ont été retirées, donc 42000 T auraient été abandonnées à jamais au fond. Mais le 18 septembre 2018, un rapport parlementaire sur ce centre parle d’un « cas d’école de toutes les erreurs à ne pas commettre » et préconise l’extraction.

Intervenant.e.s : Des membres du collectif Déstocamine


Navigation

dans la journée...

Agenda

<<

2019

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930