Journée nationale le 29 pour les un an du CETA.

dimanche 23 septembre

1 an après l’entrée en vigueur provisoire du CETA : un bilan inquiétant

Glyphosate, loi Hulot sur les hydrocarbures, pesticides interdits en Europe : Les tentatives pour contourner ou abaisser les normes environnementales ont commencé et le gouvernement français reste passif.
Le 21 septembre 2017, 95% du CETA entrait en application provisoire, à l’exception de son volet « investissement ». Premier accord de commerce dit de « nouvelle génération », il ne vise plus seulement à abaisser les droits de douanes mais également à réduire les barrières non tarifaires au commerce, c’est à dire les normes considérées comme des obstacles aux échanges. Son champ d’application est bien plus large que les accords de commerce « classiques » et susceptible d’affecter les règles sociales, environnementales, sanitaires, financières, etc. Il s’agit en outre d’un accord « vivant » dont le contenu pourra être modifié après sa ratification. Les enjeux de cet accord sont cruciaux, c’est pourquoi il est nécessaire d’en montrer les limites et les dangers, d’autant plus qu’il est présenté abusivement comme un exemple d’accord progressiste.

Douze mois après l’entrée en vigueur du CETA, la Fondation pour la Nature et l’Homme et l’Institut Veblen dressent un bilan inquiétant et s’alarment de l’immobilisme du gouvernement pour les atténuer les aspects les plus problématiques de l’accord. La FNH et l’Institut Veblen appellent donc le gouvernement français à suspendre le CETA dont les premiers mois d’application démontrent le caractère nocif pour l’environnement et la capacité des États de réguler dans l’intérêt général. La décision du gouvernement de repousser la ratification du CETA en France après les élections européennes laisse la possibilité de tirer tous les enseignements de cette application provisoire.

Zoom sur quelques premiers effets néfastes du CETA

Les points suivants inquiètent particulièrement la FNH et l’Institut Veblen un an après l’entrée en vigueur CETA :

La porte ouverte aux pesticides interdits en France et en Europe

Le Canada autorise 42 molécules interdites dans l’UE. C’est notamment le cas de l’Atrazine, interdite depuis 2002 en Europe. Les agriculteurs canadiens peuvent continuer d’exporter des aliments traités avec ces pesticides interdits, et la baisse des droits de douane prévue dans le CETA aura très certainement pour effet de renforcer ces exportations.

La porte ouverte aux OGM

Le Canada est l’unique pays au monde à autoriser la production pour la consommation humaine d’animaux génétiquement modifiés avec le saumon de la marque « Aqua Bounty ». En dépit de leur interdiction sur le marché européen, à ce jour aucune démarche n’a été entreprise par la France ou l’UE afin de garantir la traçabilité et faire respecter cette interdiction de manière effective. De même, si la Cour de justice de l’Union Européenne a conclu que les organismes obtenus par mutagénèse constituent bien des OGM et sont par conséquent soumis à la directive OGM, le Canada a, de son côté, pris la décision inverse. Ceci pose à nouveau la question de la traçabilité de ces nouveaux OGM.

La coopération règlementaire a déjà des effets néfastes sur les politiques environnementales. Le futur tribunal d’arbitrage ne va rien arranger.

Déjà 14 réunions ont eu lieu pour organiser la coopération réglementaire sur différentes thématiques sans réelle transparence sur le contenu des discussions. Et certains lobbies ont déjà profité de ces forums pour tenter d’abaisser les normes européennes ou canadiennes. Le Canada a notamment utilisé le forum consacré aux produits sanitaires et phytosanitaires pour mettre à l’ordre du jour la volonté de la France d’interdire le glyphosate. Si le tribunal d’arbitrage du CETA est mis en place, les risques pesant sur les politiques publiques environnementales sera encore plus fort. Les Amis de la Terre ont révélé qu’une entreprise canadienne a utilisé un autre traité pour menacer le gouvernement de recours devant les tribunaux d’arbitrages en vue d’affaiblir le contenu la loi Hulot sur la fin de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures en France.

Le gouvernement français n’a tenu aucune des promesses de son plan d’action visant à limiter les impacts négatifs du CETA

L’application provisoire du CETA a été déclenchée en dépit du rapport très alarmant de la commission Schubert et sans attendre la ratification par les Etats-membres ni l’avis de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) sur le mécanisme de règlement des différends investisseurs-Etats. Sous la pression des ONG, le gouvernement français a présenté en octobre 2017 un plan d’action qui devait répondre aux multiples préoccupations liées à la santé et à l’environnement mises en lumière par ce rapport d’experts. Force est de constater qu’un an plus tard, aucun des engagements clés pris dans le plan d’action CETA annoncé par le gouvernement n’a été tenu. En effet, on ne trouve ni véto climatique ni chapitre développement durable contraignant dans le CETA, pas plus que dans ses clones : le JEFTA, l’accord avec le Mercosur ou celui avec l’Indonésie. Pire, cet été la Commission européenne a annoncé vouloir relancer de nouvelles négociations avec Donald Trump pour conclure une TTIP bis, en dépit de l’engagement récent de la Commissaire Européenne et d’Emmanuel Macron de ne pas négocier avec un Etat qui déciderait de sortir de l’Accord de Paris

TELECHARGER LE BILAN : http://www.fondation-nature-homme.org/sites/defaul...

La Politique environnementale de Justin Trudeau : Une catastrophe pour le climat

Si Justin Trudeau aime à se présenter comme un grand défenseur de l’environnement, les chiffres prouvent le contraire. Sur le plan climatique, les Canadiens font partie des plus gros pollueurs de la planète, puisque chaque habitant émet 3 fois plus de gaz à effet de serre qu’un Européen. Et la situation n’est pas près de s’arranger puisqu’ on a appris cette année que le Canada n’allait pas respecter ses engagements de baisse d’émissions de gaz à effet de serre pour 2020, engagement qui était très modeste.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Brèves

Nancy Thermal ne doit pas être livré aux promoteurs et aux financiers : une pétition et un recours

lundi 22 octobre

Depuis bientôt deux ans, le collectif Le Bien commun s’oppose au projet de Grand Nancy Thermal tel qu’il a été élaboré et voté par le (...)

Ratification de l’accord de libre échange CETA

lundi 1er octobre

Le gouvernement italien a déjà annoncé qu’il refuserait le Ceta. Mais à quand le passage à l’acte et le vote au parlement ?
Le (...)

Tribunal Permanent des Peuples à l’encontre de la Turquie et de ses responsables

samedi 30 juin

Un jugement du Tribunal Permanent des Peuples à l’encontre de la Turquie et de ses responsables

Le TPP est un Tribunal d’opinion qui a (...)

Communiqué du DAL sur la Loi ELAN

lundi 11 juin

COMMUNIQUE
Paris le 4 juin 2018

Loi ELAN – Vente et recours aux capitaux privés :
Une grande braderie du logement social s’annonce
(...)

VICTOIRE pour Antoine Deltour !

dimanche 20 mai

Comité de soutien à Antoine Deltour

18 mai 2018 — Ce mardi, la Cour d’appel de Luxembourg a pleinement reconnu à Antoine Deltour le (...)

Questionnaire de la Convergence Nationale des Services Publics

mercredi 14 février

En réaction au questionnaire mis en ligne par le gouvernement dans le cadre du « grand forum de l’action publique » et du comité action (...)

15 000 scientifiques s’unissent face à la dégradation de la planète

jeudi 16 novembre 2017

Jamais autant de scientifiques n’avaient répondu présent à un tel appel international. Biodiversité, climat, ressources naturelles… (...)