La loi sur le secret des affaires est un danger pour nos libertés fondamentales

dimanche 25 mars

Appel collectif sur bastamag.net paru le 21 mars.

Deux ans après son adoption, la directive européenne sur le secret des affaires va être transposée dans le droit français en catimini et dans le cadre d’une procédure accélérée. Lanceurs d’alerte, syndicalistes, militants associatifs, journalistes et chercheurs sonnent l’alarme sur les dangers de cette loi pour le droit à l’information et la liberté d’expression. Les journalistes de Basta ! s’associent à cet appel.

L’Assemblée nationale et le Sénat s’apprêtent à remettre en cause nos libertés fondamentales en votant, via une procédure accélérée, une proposition de loi portant sur le secret des affaires.

Ce texte, qui sera étudié en séance publique à l’Assemblée nationale le 27 mars 2018 et qui porte sur « la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites », est la transposition d’une directive européenne adoptée en 2016 malgré les mises en garde des ONG, des syndicats, des journalistes, des chercheurs et l’opposition massive des citoyens. Cette directive a été élaborée par les lobbies des multinationales et des banques d’affaires qui souhaitaient un droit plus protecteur pour leurs secrets de fabrication et leurs projets stratégiques, alors que le vol de documents et la propriété intellectuelle sont déjà encadrés par la loi.

La France dispose de marges de manœuvre importantes pour la transposition de la directive dans notre droit national, et peut préserver les libertés tout en respectant le droit européen. Pourtant, le gouvernement et la majorité semblent avoir choisi, en catimini, de retenir une option remettant gravement en cause l’intérêt général et le droit des citoyens à l’information. La proposition de loi sur le secret des affaires a des implications juridiques, sociales, environnementales et sanitaires graves. De fait, ce texte pourrait verrouiller l’information à la fois sur les pratiques et les produits commercialisés par les entreprises.

En effet, la définition des « secrets d’affaires » est si vaste que n’importe quelle information interne à une entreprise peut désormais être classée dans cette catégorie. L’infraction au secret des affaires aurait lieu dès lors que ces informations seraient obtenues ou diffusées et leur divulgation serait passible de sanctions pénales. Les dérogations instituées par le texte sont trop faibles pour garantir l’exercice des libertés fondamentales. Des scandales comme celui du médiator ou du bisphénol A, ou des affaires comme les Panama Papers ou LuxLeaks pourraient ne plus être portés à la connaissance des citoyens.

Qu’il s’agisse d’informations sur les pratiques fiscales des entreprises, de données d’intérêt général relatives à la santé publique ou liées à la protection de l’environnement et à la santé des consommateurs, les journalistes, les scientifiques, les syndicats, les ONG ou les lanceurs d’alertes qui s’aventureraient à rendre publiques de telles informations s’exposeraient à une procédure judiciaire longue et coûteuse, que la plupart d’entre eux seraient incapables d’assumer face aux moyens dont disposent les multinationales et les banques. C’est là le pouvoir de cette loi : devenir une arme de dissuasion massive.

Pour les téméraires qui briseront cette loi du silence, on peut toujours espérer que les tribunaux feront primer la liberté d’expression et d’informer. La récente affaire Conforama indique plutôt le contraire. Les soi-disant garanties proposées par le gouvernement français ne couvrent pas tous les domaines de la société civile et notamment le travail des associations environnementales. Ces dérogations ne sont qu’un piètre hommage aux grands principes de la liberté d’informer. Elles ne vaudront pas grand-chose devant une juridiction armée d’un nouveau droit érigeant le secret des affaires en principe, et la révélation d’informations d’intérêt public en exception.

Cette offensive sans précédent sur notre droit à l’information est un enjeu démocratique majeur qui est en train de mobiliser l’ensemble de la société civile, comme le montre le succès de la pétition dans ce sens. Lanceurs d’alertes, syndicats, ONG, journalistes, avocats, chercheurs et citoyens : nous nous opposerons à l’adoption en l’état de cette loi. Le droit à l’information et l’intérêt des citoyens ne sauraient être restreints au profit du secret des affaires.

Une pétition est à signer à l’adresse  : http://www.stopsecretdaffaires.org/

Lire sur : https://www.bastamag.net/La-loi-sur-le-secret-des-...


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456

Brèves

Questionnaire de la Convergence Nationale des Services Publics

mercredi 14 février

En réaction au questionnaire mis en ligne par le gouvernement dans le cadre du « grand forum de l’action publique » et du comité action (...)

15 000 scientifiques s’unissent face à la dégradation de la planète

jeudi 16 novembre 2017

Jamais autant de scientifiques n’avaient répondu présent à un tel appel international. Biodiversité, climat, ressources naturelles… (...)

Record trimestriel pour les dividendes mondiaux

jeudi 24 août 2017

Pendant que des mesures d’austérité continuent à être prises au dépens des salarié-e-s et retraité-e-s, les actionnaires continuent (...)

Notre-Dame-des-Landes. Le contentieux européen classé, feu vert pour les travaux

dimanche 30 avril 2017

La Commission européenne a classé, ce jeudi 27 avril, la procédure de contentieux contre la France, dans le dossier du projet (...)

Procès collectif BDS 57 / TEVA (suite...)

dimanche 16 avril 2017

Nouveau procès le 5 octobre 2017 !

En janvier 2016, soit un an après les faits, le président de l’association BDS 57 est auditionné (...)

Initiative Citoyenne Européenne contre le glyphosate

lundi 10 avril 2017

Appel européen pour l’interdiction, dans toute l’UE, du pesticide toxique, le glyphosate. Le glyphosate est un produit chimique (...)

Procès #LuxLeaks : Antoine Deltour se pourvoit en cassation !

lundi 10 avril 2017

Après sa condamnation en appel le 15 mars dernier, Antoine Deltour a décidé de se pourvoir en cassation. Il en a fait l’annonce lors (...)