Pourquoi le "revenu universel" d’Emmanuel Macron n’en est pas vraiment un ?

dimanche 23 septembre 2018

Par Concepcion Alvarez, @conce1 pour Novethic

Apparu dans le débat public lors de la dernière campagne présidentielle, le revenu de base refait parler de lui. Thème cher à Benoît Hamon, c’est pourtant Emmanuel Macron qui l’a repris à son compte en annonçant la création en 2020 d’un revenu universel d’activité, dans le cadre de son plan de pauvreté. Pourtant, les deux hommes ne parlent pas tout à fait de la même chose.

Le "revenu universel d’activité" proposé par Macron sera conditionné à un contrat d’engagement qui prévoit une radiation en cas de refus de deux offres d’emploi raisonnables.

Usurpation, hold-up, détournement, malhonnêteté politique, entourloupe… À en croire ces réactions, l’annonce du Président de la République ne soulève pas l’enthousiasme. Dans le cadre de son plan de lutte contre la pauvreté, présenté le 13 septembre, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’un revenu universel d’activité en 2020.

Eric Ciotti, député LR, s’est tout de suite insurgé : "Quelle démagogie irresponsable ! Le revenu universel revient à payer tout le monde à ne rien faire. Hamon en rêvait, Macron l’a fait !"…

Mais que le député des Alpes-Maritimes se rassure : le revenu universel ce n’est pas pour tout de suite. Emmanuel Macron a d’ailleurs lui-même mis les points sur les "i" sans tarder. "Je n’ai jamais cru au revenu universel sans condition d’activité qui croit pouvoir donner quelques centaines d’euros pour solde de tout compte. Cela revient à se satisfaire de reléguer à vie des gens dans la pauvreté," a-t-il précisé.

Personne n’est dupe

Le revenu universel d’activité proposé par le Président devrait fusionner "le plus grand nombre de prestations sociales (RSA, APL, prime d’activité)" et ressemble davantage à l’Allocation sociale unique promise pendant sa campagne. Car, contrairement à un "vrai" revenu universel, le "revenu universel d’activité" sera conditionné. Les bénéficiaires le toucheront en dessous d’un certain seuil de ressources et ils auront l’obligation de s’inscrire dans un parcours d’insertion. En cas de refus de deux offres d’emplois considérées comme "raisonnables", ils seront radiés.

"Je crois que personne n’est dupe", réagit Jean-Eric Hyafil, docteur en économie et spécialiste du revenu de base. "Un revenu universel par définition doit être versé à tous, sans conditions ni de ressources, ni d’activités, et de façon individuelle, même si ce dernier point est plus compliqué à réaliser à moins de lancer une grande réforme fiscale. Ce que propose Macron est un hold-up sur le nom. Son dispositif va surtout renforcer les contrôles et est donc contraire à l’idée même de revenu de base. Ça ne permettra pas de sortir de l’assistance."

Régression sociale

Même réaction du côté du Mouvement français pour le revenu de base (MFRB). "Sortir de la pauvreté ne devrait pas faire l’objet de conditions. Valoriser réellement l’apport de chaque citoyen à la société, c’est surtout reconnaître sa contribution à la production de valeurs, qu’elles soient immatérielles ou matérielles. L’instauration d’un filet de sécurité, pour permettre une réelle dignité de chacun, ne doit pas faire l’objet de contreparties", explique Nicole Teke, coordinatrice des relations publiques.

L’association s’inquiète par ailleurs d’une régression sociale car jusqu’à présent, ni le RSA, ni le RMI avant lui n’ont été autant conditionnés, car ils constituaient le dernier filet de sécurité sur lequel pouvaient compter les personnes les plus précaires. "En utilisant le terme de ’revenu universel’, Emmanuel Macron dessert la cause et crée une confusion dans les esprits. Avec sa proposition, nous sommes vraiment loin d’un revenu de base tel que nous le défendons" ajoute Julie Rozé, elle aussi membre du MFRB.

Une étude de France Stratégie remise au gouvernement en juin dernier, et consultée par Le Monde, montre que la fusion de plusieurs prestations sociales pourrait faire plus de perdants que de gagnants et entraîner une baisse de ressources pour 3,55 millions de ménages. Le taux de pauvreté, quant à lui, diminuerait de 0,1 à 0,4 point en fonction du scénario retenu.
Lien : https://www.novethic.fr/actualite/social/condition...


Agenda

<<

2019

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Brèves

Crises sociales, crises démocratiques, crise du néolibéralisme

mercredi 23 octobre

21 octobre 2019 Par Romaric Godin pour Médiapart, extraits :

Les tensions sociales dans le monde ont un point commun : le rejet des (...)

Le FMI, gardien des règles d’airain de la finance internationale

mercredi 23 octobre

21 octobre 2019 Par Martine Orange pour Médiapart, extraits :

Dans un livre sur les dettes souveraines, l’économiste Jerome Roos (...)

Prix Nobel d’Économie : les travaux sur la réduction de la pauvreté d’Esther Duflo récompensés

dimanche 20 octobre

Le prix Nobel d’économie a été attribué lundi 14 octobre à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et (...)

20 entreprises qui émettent un tiers des émissions de CO2 mondiales

dimanche 20 octobre

Elles sont seulement vingt et émettent 35 % des émissions mondiales depuis 1965. Le Guardian vient de publier une vaste enquête (...)

Budget 2020, le gouvernement confirme sa ligne antisociale

samedi 28 septembre

27 septembre 2019 Par Romaric Godin pour Médiapart, extraits :

Ce budget 2020 est la confirmation d’une priorité donnée aux réformes (...)

Le transhumanisme libéral prône un contrôle social des classes populaires, par un gouvernement des experts

mercredi 17 juillet

EFFRAYANT, LA GUERRE DES CLASSES NE FAIT QUE COMMENCER  :
Le transhumanisme libéral prône un contrôle social des classes populaires, (...)

Le secteur financier attache encore plus d’importance au profit immédiat qu’à la prudence à long terme — le court terme l’emporte sur la durabilité" Crhistine Lagarde

lundi 8 juillet

Future Présidente de la Banque centrale européenne, les convictions de Christine Lagarde en cinq citations

La future patronne de la (...)