Privatisation des barrages EDF ?

mardi 5 juin 2018

Par Michel Revol, Le Point - juin 2018, extraits  :
Bruxelles veut imposer l’ouverture des concessions hydrauliques d’EDF à la concurrence. Plusieurs dizaines de barrages en France seraient concernés.

Le slogan est facile, mais percutant. Depuis le début de l’année, plusieurs centaines de personnes ont fait le pied de grue devant le Parlement européen à Strasbourg comme sur des barrages, comme dans l’Isère, armées de ce cri de guerre : « Nous voulons faire barrage à la privatisation des barrages. » Un peu à l’image de leurs camarades de la SNCF, ces manifestants, pour la plupart agents d’EDF, s’opposent à Bruxelles qui veut imposer l’ouverture à la concurrence des barrages hydrauliques d’EDF. Une revendication appuyée, notamment, par la direction d’EDF, qui n’entend pas se laisser dépouiller sans réagir.

Les barrages assurent en effet quelque 17 % de la production électrique nationale, selon Réseau de transport d’électricité (RTE), qui gère le transport de l’énergie. Ils sont aussi un élément essentiel de la production d’électricité. Aisés à mettre en fonction, pratiques parce qu’ils stockent l’eau, donc l’énergie, les barrages répondent rapidement à la demande. Ils sont nécessaires à la sécurité entière du réseau français. En hiver, en période de pointe, un kilowattheure sur quatre est ainsi issu de l’hydraulique.

Mise en demeure

La première charge de Bruxelles date d’octobre 2015. La Commission envoie alors au gouvernement français une mise en demeure, sorte de procédure coercitive, afin qu’il ouvre à la concurrence les barrages concédés à EDF dès que la concession prend fin (une cinquantaine sont concernés dans un premier temps, sur plus de 400). Seuls les ouvrages gérés par l’entreprise publique sont visés, ce qui passe mal avenue de Wagram, siège de l’électricien. À tort ou à raison, on comprend chez EDF que Bruxelles s’attaque exclusivement à l’entreprise publique à cause de sa position dominante sur le marché domestique de l’électricité...........

EDF n’est plus en position monopolistique en France ; l’entreprise perd un million de clients par an, happés par les fournisseurs alternatifs comme Total ou Engie..........il n’existe pas de réciprocité internationale : aucun autre opérateur européen n’est sommé comme EDF de délaisser ses barrages, l’électricien français ne pourra donc pas récupérer dans un autre pays ce qu’il risque de perdre en France. Pis, ajoute-t-on avenue de Wagram : dans un premier temps, Bruxelles ne voulait pas qu’EDF puisse candidater à la reprise de ses propres barrages. EDF risquait de tout perdre.................

La menace, réelle ou fantasmée, semble écartée : la Commission autoriserait EDF à reprendre la gestion de ses ouvrages, mais pas la totalité (un plafond de puissance produite par un même opérateur sera instauré). La solution semble satisfaire l’électricien français : il ne s’opposait pas à la mise en concurrence – le pourrait-il ? – mais à l’impossibilité qui lui serait faite de candidater à l’exploitation de ses propres ouvrages, qu’il a lui-même souvent édifiés.

Service public des barrages

En réponse à Bruxelles, le gouvernement a découpé tous les ouvrages concernés par la privatisation en huit lots, eux-mêmes subdivisés en plusieurs concessions. Chaque opérateur, comme Hydro-Québec ou le suédois Vattenfall, pourra déposer des dossiers de candidature. Le processus ne devrait pas aboutir avant au moins quatre années. Mais toutes les difficultés ne sont pas résolues. Un barrage, ce n’est pas seulement de l’électricité produite. Il sert aussi de base de loisirs, comme sur le lac de Serre-Ponçon, de réserve d’eau potable et d’irrigation (la Durance couvre les besoins en eau potable de 4 millions de personnes), de retenue en cas d’inondation… Sur le Rhin, notamment, EDF doit aussi réguler la navigation. Les futurs gestionnaires privés des ouvrages hydrauliques devront donc assurer ces services publics. Rien d’impossible, sans doute, mais ces sociétés devront s’entendre avec EDF pour coordonner les actions, surtout en cas de crue : plusieurs barrages – un privé, un public, un privé, un public… – pourront s’échelonner sur une même rivière….....


Agenda

<<

2019

 

<<

Février

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123

Brèves

Nouveau film de Gilles Perret et François Ruffin

dimanche 17 février

"J’veux du soleil !" : montage terminé ! Des nouvelles de notre film en salle le 3 avril, on l’espère, une bombe de colère et d’espoir (...)

Impôts : Bruno Le Maire annonce l’obligation pour les grands patrons d’être domiciliés fiscalement en France

lundi 11 février

Ludovic Dupin avec AFP, pour Novethic

Après la révélation du cas de Carlos Ghosn qui payait ses impôts aux Pays-Bas, le gouvernement a (...)

Maigre bilan pour les baisses des cotisations

samedi 9 février

Analyse de Michel Husson dans Alternatives Economiques le 06/02/2019 :

Les politiques d’allègements de cotisations sociales se (...)

En 2018, les groupes du CAC 40 ont versé 57,8 milliards d’euros à leurs actionnaires, soit la moitié de leurs profits.

jeudi 17 janvier

CAC 40 : au bonheur du capital- 9 janvier 2019 Par martine orange pour Médiapart, extraits :
Ces sommes ne se retrouvent pas dans le (...)

Wall Street accuse sa pire débâcle hebdomadaire depuis la crise financière

mercredi 26 décembre 2018

AFP•21/12/2018 à 23:29
Hausse des taux d’intérêt, menace de blocage des administrations à Washington et de ralentissement (...)

Inegalités - Les cinq fractures françaises

samedi 22 décembre 2018

Xavier Molénat, Guillaume Duval et Vincent Grimault
21/12/2018 pour Alternatives économiques, extraits :

Au départ, beaucoup (...)

Suppression de postes, chute en Bourse : Bayer dans la tourmente après le rachat de Monsanto

mercredi 19 décembre 2018

Par Marina Fabre pour Novetic

Comment Bayer va sortir de la crise ? Depuis la fusion avec Monsanto, son titre a perdu 38 %. Les 9 300 (...)