Réforme de la fiscalité locale : vers une inévitable austérité budgétaire

mardi 15 mai

14 mai 2018 Par Romaric Godin, pour Médiapart, extraits :
L’exonération, puis la suppression à partir de 2020, de la taxe d’habitation a déclenché une réaction en chaîne qui aura un coût considérable pour l’État et le conduira à de nouvelles coupes budgétaires. Le fruit d’une politique d’abord électoraliste.......
L’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des contribuables sera mise en place progressivement dès cette année en trois ans. Mais cette exonération déclenche un effet boule de neige qui conduit inévitablement à l’un des plus gros chambardement fiscal de l’histoire récente de la République. Et la gestion de ce chambardement s’annonce périlleuse pour le gouvernement.......
Avec la bascule entre suppression des cotisations salariales maladie et chômage et la hausse de la CSG, c’est la mesure qui doit rendre du pouvoir d’achat au cœur de l’électorat d’Emmanuel Macron, la classe moyenne, à hauteur de 3 milliards d’euros par an. Certes, ces deux mesures sont diluées, et leur impact sera fortement réduit par d’autres éléments externes (inflation, hausse des taxes indirectes, effet désastreux des cadeaux fiscaux au capital et à l’entreprise), mais, politiquement, elles permettent au gouvernement de maintenir la formalité d’un « équilibre » dans sa politique.

Seulement, cette mesure n’est pas sans conséquence. La première, la plus immédiate, est évidemment la perte de ressources pour les collectivités locales. Le gouvernement s’est engagé à la compenser « à l’euro près » et en a intégré le coût dans la loi de programmation de finances publiques qui court de 2018 à 2022. Mais cette compensation n’empêche pas le gouvernement d’imposer aux collectivités une limitation forte de leurs dépenses avec une croissance maximale de 1,2 % par an sur le quinquennat. C’est une façon de faire payer aux administrations locales la compensation en leur faisant dégager des excédents qui viendront compenser dans l’agrégat maastrichtien le surplus de dépenses de l’État. Du reste, les négociations des contrats entre l’État et les collectivités sont actuellement très difficiles, ces dernières craignant de devoir assurer une bonne partie de l’effort de consolidation budgétaire.

La seconde conséquence est juridique et sociale. L’exonération fait reporter le poids de la taxe d’habitation sur 20 % des contribuables. Lors de la validation de la loi de finances 2018, le Conseil constitutionnel s’est ému d’une éventuelle inégalité devant l’impôt d’une telle mesure. Aussi l’a-t-il validée que sous la condition que cette exonération ne soit que la première étape d’une remise à plat de la fiscalité locale. Le risque était aussi que les collectivités soient tentées à terme de relever les taux et donc la pression fiscale sur ces 20 % de contribuables restants........
Voici donc en effet 8 milliards d’euros de dégrèvement d’impôts de nouveau accordés à ceux qui ont les revenus les plus importants. L’effet de correction des inégalités de la lente exonération des 80 % sera donc annulé à la fin du quinquennat. Ensuite, juridiquement. Les collectivités locales doivent disposer d’une autonomie de moyens qui passe nécessairement par une capacité à décider des taux de certains impôts. Or, la taxe d’habitation est la principale recette fiscale des communes et des intercommunalités. Sans elle, ces dernières risquent de dépendre des transferts de l’État de façon quasi exclusive, ce qui pourrait ne pas être constitutionnel.

Enfin, il reste la très épineuse question budgétaire. Certes, le gouvernement a assuré qu’il maintiendrait la taxe sur les résidences secondaires. Mais cela laisse une facture supplémentaire de 8 milliards d’euros non budgétée. Comment les trouver alors que le gouvernement a promis de ne pas augmenter les impôts d’ici à 2022 et qu’il a promis d’utiliser tout surcroît de recettes lié à la croissance au désendettement au nom d’un discours alarmiste sur la dette publique ?..............
La présentation à la fin de ce mois de mai de la réforme de l’administration publique (le plan « Action publique 2022 ») pourrait donc donner lieu à quelques mauvaises surprises, comme une augmentation de l’objectif de 60 milliards d’euros de baisses des dépenses publiques sur le quinquennat. Or, pour y parvenir, il n’y aura pas de mystères : il faudra frapper les dépenses sociales et les dépenses de santé. Déjà, Les Échos ont laissé entendre que les prestations sociales étaient dans le viseur du gouvernement.

Politiquement, l’opération s’annonce très délicate : il faudra financer avec de l’austérité sur les dépenses un cadeau fiscal aux 20 % des contribuables les plus riches, faute de ne pas vouloir se passer d’un cadeau fiscal aux entreprises. Le rééquilibrage à gauche en fin de quinquennat annoncé par certains comme la stratégie du président pour sa réélection était déjà peu crédible, mais elle s’annonce désormais pratiquement impossible. La fin du quinquennat ne peut, sauf changement majeur de cap, n’être qu’un moment de réelle austérité, avec des coupes sévères dans la dépense publique. Un choc qui pourrait atteindre 4 points de PIB sur les trois dernières années du mandat d’Emmanuel Macron. Compte tenu des multiplicateurs, et sans prendre en compte une conjoncture que l’on ignore, l’effet sur la croissance s’annonce très négatif..........
La révision des valeurs locatives conduirait à une explosion de la taxe foncière dans les zones sous tensions, notamment à Paris ou Lyon. Ce serait le cœur de l’électorat de LREM qui serait concerné, alors que ce même cœur de l’électorat peut bénéficier de la baisse de la taxe d’habitation. L’exécutif a donc joué une carte purement électoraliste en préservant sa clientèle. Les classes populaires, premières victimes d’une austérité qui s’annonce désormais comme inévitable, en paieront le prix. Loin de vouloir réformer en profondeur comme il le prétend, le gouvernement a eu, là, une logique purement clientéliste qui l’a poussé à mettre la charrue avant les bœufs et qui, désormais, le piège dans une logique budgétaire mortifère.


Agenda

<<

2018

>>

<<

Décembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456

Brèves

COP24 : En 2018, les émissions de CO2 sont de nouveau en hausse, boostées par la croissance de l’économie

dimanche 9 décembre

Novethic, le 06/12/2018

On espérait que le pic d’émissions de CO2 dans l’atmosphère serait atteint afin de limiter le (...)

Face aux inégalités croissantes, Christine Lagarde (FMI) craint l’avènement d’un "âge de la colère"

dimanche 9 décembre

Novethic, le 05/12/2018
Face aux inégalités croissantes, Christine Lagarde (FMI) craint l’avènement d’un "âge de la colère"

La (...)

Le changement climatique amplifie les migrations mondiales

lundi 3 décembre

COP24 — Pendant trois semaines, Reporterre devient « le quotidien du climat ». Tous les jours, à partir du 26 novembre, une enquête ou un (...)

Revendications Gilets Jaunes 29/11/18

dimanche 2 décembre

Les revendications des "gilets jaunes" dépassent désormais officiellement la seule question des prix du carburant. Dans un long (...)

Politique sociale du gouvernement

mercredi 28 novembre

Le Sénat à majorité de droite a voté mardi des amendements du gouvernement supprimant des avantages fiscaux votés par l’Assemblée (...)

Conférence sur la réforme de l’OMC

vendredi 23 novembre

Le 16 novembre 2018, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a prononcé le discours d’ouverture de la conférence à 9 (...)

Encore moins transparent que le Tafta : le futur accord de commerce post-Brexit entre l’Europe et la Grande-Bretagne

mardi 30 octobre

25 octobre 2018 par Kenneth Haar, Tamasin Cave pour Observatoire des multinationales, extraits :
Le processus de séparation du Royaume-Uni (...)