Vers une nouvelle Démocratie ?

dimanche 12 mai

Privatisation d’ADP : le Conseil constitutionnel donne son feu vert à un référendum
9 mai 2019 Par Martine Orange

Le Conseil constitutionnel a validé la proposition de loi portée par 248 parlementaires pour organiser un référendum sur la privatisation d’ADP. Les parlementaires ont neuf mois pour réunir 4,7 millions de signatures. Pour le gouvernement, c’est un revers politique d’importance : une opposition s’est formée face à lui et la vente d’ADP est bloquée.

Si la proposition de référendum parvient à recueillir le nombre de voix suffisantes, la course d’obstacles n’est pas terminée pour autant. Le parlement a toujours la possibilité de discuter le texte dans un délai de six mois. Si celui-ci est mis à l’ordre du jour de l’Assemblée et du Sénat, alors il ne peut y avoir de référendum. Mais si seule l’une des chambres se prononce, ou aucune d’entre elles, alors le président de la République sera tenu d’organiser le référendum.

C’est la divine surprise pour tous les parlementaires signataires de la proposition de loi sur un référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). Le Conseil constitutionnel a validé, jeudi 9 mai, le texte déposé par les 248 parlementaires, droite et gauche confondues, le 10 avril , qui entend « affirmer le caractère de service public national des aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget ».

Cette validation ouvre une nouvelle étape qui doit conduire à l’organisation d’un référendum : il s’agit désormais de recueillir 4,7 millions de voix favorables à la tenue d’un tel scrutin au cours des neuf prochains mois. Le recueil des signatures débutera à la parution d’un décret gouvernemental, un mois maximum après la publication de l’avis du Conseil constitutionnel au Journal officiel. Il sera organisé par le ministère de l’intérieur, sous le contrôle du Conseil constitutionnel, par voie électronique, sur un site Internet spécial.

Mais dans la vision gouvernementale, cela ne devait pas s’arrêter. La cession des ports, des barrages, d’infrastructures importantes, est aussi prévue ; toutes les sociétés qui sont considérées dans le domaine régalien de l’État, toutes les infrastructures essentielles, constituant des monopoles naturels, sont désignées pour être vendues.
Tout ce plan prend l’eau. Non seulement la privatisation d’ADP est à l’arrêt pendant au moins neuf mois. Mais le recueil des signatures pour le référendum risque inévitablement d’amener la question plus générale de la gestion des biens publics, du rôle de l’État, du contrôle et de la transparence des opérations cédées au privé. Un débat que le gouvernement n’a sans doute pas envie de mener mais qui va lui être imposé.

La tenue d’un référendum sur la privatisation d’ADP est donc à ce stade loin d’être acquise. Par sa décision, le Conseil constitutionnel ouvre cependant un questionnement sur l’équilibre des pouvoirs, la représentativité et le contrôle des citoyens, la gestion des biens publics dont il est difficile encore de mesurer l’étendue mais qui est bien au cœur du malaise politique actuel. Et pendant neuf mois, le gouvernement va bien devoir affronter une campagne politique sur ses choix et sa gestion, au moment des élections municipales.


Agenda

<<

2019

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112

Brèves

Sous la pression de la rue, le Parlement britannique est le premier au monde à décréter "l’urgence climatique"

samedi 4 mai

Concepcion Alvarez avec AFP pour Novethic
Le Royaume-Uni devient le premier pays au monde à déclarer l’urgence climatique après avoir (...)

Gilets jaunes, pouvoir d’achat ? Pour toute réponse, Edouard Philippe encense la concurrence

dimanche 10 mars

5 mars 2019 Par Romaric Godin pour Médiapart, extraits :

Dans un discours devant l’Autorité de la concurrence, Édouard Philippe a (...)

Graves menaces sur la Cour des comptes

jeudi 28 février

27 février 2019 Par Laurent Mauduit pour Médiapart
Voulant que la gestion publique se rapproche de la gestion privée et que l’État (...)

Condamnation record d’UBS : les petits arrangements des banques avec la fiscalité ne sont plus à l’abri

vendredi 22 février

Arnaud Dumas @ADumas pout Novethic

Le spécialiste suisse de la gestion de fortune a écopé d’une amende record de 3,7 milliards (...)

Nouveau film de Gilles Perret et François Ruffin

dimanche 17 février

"J’veux du soleil !" : montage terminé ! Des nouvelles de notre film en salle le 3 avril, on l’espère, une bombe de colère et d’espoir (...)

Impôts : Bruno Le Maire annonce l’obligation pour les grands patrons d’être domiciliés fiscalement en France

lundi 11 février

Ludovic Dupin avec AFP, pour Novethic

Après la révélation du cas de Carlos Ghosn qui payait ses impôts aux Pays-Bas, le gouvernement a (...)

Maigre bilan pour les baisses des cotisations

samedi 9 février

Analyse de Michel Husson dans Alternatives Economiques le 06/02/2019 :

Les politiques d’allègements de cotisations sociales se (...)